October 14, 2018

Please reload

Posts Récents

La planification, les grandes lignes

December 12, 2017

1/3
Please reload

Posts à l'affiche

Blessures, maladies, méformes… comment gérer les imprévus ?

May 16, 2018

Une saison de cycliste ce n’est jamais « tout beau, tout rose ». Au fil des kilomètres, le coureur se heurte forcément à des complications qui ne devaient pas avoir lieu « en théorie ». Il peut s’agir d’une chute, d’un virus ou encore d’une méforme inexpliquée. Il est donc important de savoir gérer ces impondérables pour déjouer les pièges inhérents à la pratique de la bicyclette.

 

 

 On se pose, on analyse et on fait les bons choix !

 

 

Se reposer

 

La première chose à faire quand vous notez une baisse de vos performances imprévue, que vous tombez malade ou que vous détectez une blessure, c’est de se reposer. Le repos est très souvent le remède le plus efficace aux maux du cycliste. Bien sûr il peut s’agir d’un repos complet ou partiel. Dans ce deuxième cas, privilégier alors les séances courtes et peu intenses. Concrètement, il ne faut pas hésiter à prendre 5 jours « off » pour recharger les batteries et repartir sur de bons rails.

 

 

Comprendre

 

En cas de préparation perturbée, si le premier réflexe doit être le repos, le second doit être d’explorer les raisons voire les conséquences de la perturbation. Si vous ressentez une fatigue anormale et une baisse inexpliquée (à priori) de vos performances, pensez à analyser votre entraînement pour éventuellement détecter les erreurs qui vous ont amené dans l’impasse. Les entraineurs BRAQUET LIBRE peuvent vous aider dans cette analyse.

En parallèle, faîtes un bilan sanguin complet car une baisse de régime peut aussi venir d’une carence ou d’un virus. Dans le cas d’une chute ou d’un épisode infectieux, le bilan médical s’impose aussi, même si vous pensez que la gravité de votre état ne nécessite pas d’aller chez un professionnel de la  santé. Parfois, une chute anodine mais non traitée peut, par exemple, entraîner des problèmes biomécaniques qui vous pénaliseront dans votre pédalage à long terme.

 

 

Repenser ses objectifs et sa planification

 

Lorsque votre programmation se trouve changée, il faut logiquement se questionner, à nouveau, sur ses objectifs. La première question doit être : « Mes objectifs sont-ils encore réalistes malgré les imprévus ? ». Si votre réponse est positive, alors vous pouvez conserver vos aspirations initiales. Mais si ce n’est plus le cas, alors il vous faut réfléchir à de nouveaux buts, raisonnables et motivants. Le fait de s’astreindre à cette réflexion fait normalement diminuer le stress engendré par la perturbation et redonne une vision positive à l’athlète.

 

De la même manière, il est primordial de revoir sa planification lorsque l’entraînement et la forme sont perturbés. Il est très important de faire cet effort là car votre programmation initialement prévue n’est peut-être plus du tout adaptée à votre nouvelle situation ! Pour approfondir ce sujet je vous invite à vous référer à l’article traitant de la planification de l’entraînement :

 

https://www.braquetlibre.com/single-post/2017/12/12/La-planification-les-grandes-lignes

 

 

Reprendre progressivement

 

Après un repos salvateur, la reprise doit être progressive. Surtout ne vous précipitez pas et n’essayez pas de rattraper un éventuel retard accumulé car c’est le meilleur moyen de faire des erreurs. Prenez plutôt votre temps pour revenir à votre niveau. Vous pouvez, bien évidemment, modifier votre calendrier de course si besoin. Il vaut mieux « perdre » un mois, et s’assurer une bonne forme pour le reste de la saison, plutôt que de vouloir aller trop vite et risquer d’être moyen toute l’année.

 

 

Exemple

 

Ci-dessous l’exemple de la planification d’un coureur qui est tombé malade en cours de préparation. La première illustration correspond à la programmation de départ, « en théorie ». La seconde illustration correspond à la programmation revue après son épisode infectieux. Dans notre exemple l’objectif initial du coureur n’a pas changé car celui-ci restait réaliste malgré les perturbations.

 

Préparation initiale théorique 

 

 

 

 

 

Préparation modifiée suite à un épisode infectieux (déclarée le 12 février) : 4 jours de repos ont été directement pris pour que le coureur puisse se soigner. Puis la reprise a été progressive avec une première semaine dédiée à l’endurance. La reprise des compétitions a ensuite été repoussée d’une semaine et la reprise des intensités s’est faîte via des exercices à PMA mais sans charges importantes visant au développement de cette qualité. L’objective était alors simplement de reprendre contact avec les exercices intensifs. En fin de préparation, les deux semaines d’affûtage ont été conservées avec la possibilité de « muscler » cette période si le coureur en ressentait le besoin.

 

 

 

 

Conclusions

 

Une planification théorique est forcément amenée à évoluer au contact de la réalité et des imprévus inévitables qui l’accompagnent. Alors cyclistes, soyez prêt à prendre les bonnes décisions lorsque tout ne se passe pas comme vous l’avez imaginé. Et n’hésitez pas, non plus, à faire appel à un regard extérieur expert pour gérer ces moments parfois délicats. Si vous le souhaitez, BRAQUET LIBRE vous met à disposition ses entraîneurs qui sauront vous sortir de l’ornière lorsqu’elle se présente à vous !  

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

  • White Facebook Icon
  • White Twitter Icon
  • White Instagram Icon
LOGO_BRAQUET_LIBRE