Périodisation inverse, questionnement et mise en pratique

Traditionnellement, la planification en cyclisme se déroule comme tel : beaucoup de volume à faible intensité au début puis, à partir d’une certaine période, une diminution de ce volume compensé par une hausse des intensités. Mais depuis quelques temps ce modèle est concurrencé par de nouveaux schémas qui remettent en question les standards que l’on pensait inattaquables. Dans cet article nous nous intéresseront à ce que l’on appelle la « périodisation inverse », à ses fondements et à son intérêt pour la performance en cyclisme.

Crédit photo : www.outsideonline.com

De quoi parle-t-on ?

Lorsque l’on parle de « périodisation inverse », on évoque le fait de débuter très tôt les hautes intensités, de réaliser un faible volume en début de préparation puis d’augmenter progressivement le volume et la durée des intensités.

Exemples

NB1 : L’échelle des intensités utilisée dans les exemples est l’échelle d’ESIE de Frédéric Grappe.

NB2 : Les illustrations qui vont suivre rendent compte de tendances globales et ne s’attardent pas sur certaines subtilités de la planification de terrain.

NB3 : On peut imaginer, pour les deux exemples ci-dessous, un cycle de 4 semaines dédié à l’endurance fondamentale en amont des 12 semaines de préparation présentées.

La planification « traditionnelle »

Un volume important en endurance et des intensités longues en début de préparation puis une augmentation de l’intensité et une diminution du volume en se rapprochant de l’objectif.

La planification « inversée »

Un volume faible et des intensités courtes en début de préparation puis une augmentation du volume et un allongement des intensités en se rapprochant de l’objectif.

Quelles origines ?

La périodisation inverse trouve ses origines dans des sports plus explosifs que le cyclisme sur route comme la musculation ou encore la natation. En vélo, c’est par la piste que ce courant arrive. Sur route, cette approche est encore minoritaire mais attise la curiosité, notamment depuis que Kim Kerrison, responsable de la performance à la SKY, en a parlé comme d’un pilier de la préparation de l’équipe Britannique (info ou intox ?).

Qu’en disent les études ?

Les travaux scientifiques n’ont pas tranché à ce niveau-là. Certains rapportent des bénéfices à cette méthodes quand d’autres confortent la planification traditionnelle. En cyclisme, Seiler et son équipe, dans une étude publiée en 2016 et regroupant 63 coureurs, n’ont pas rapporté de différences significatives en termes de progression entre les différentes approches (malgré un léger avantage à la planification traditionnelle).

Inverser pour mieux gérer l’hiver

Sur le terrain, la préparation inversée a le gros avantage d’épargner aux organismes de passer de longues heures dans le froid de l’hiver lorsque les objectifs sont au printemps ou en été. Mais évidemment, si vous préparez votre saison en Australie, alors cet avantage s’annule 😉

Quel choix faire ?

Finalement aucun modèle ne se dégage clairement. Tous les chemins semblent donc mener à Rome ! Du moins, ils peuvent nous y mener si certains fondamentaux sont respectés (et le sens de la planification, traditionnel ou inversé, n’en fait pas partie).

Quels fondamentaux sont plus importants que le « sens de la planification » ?

-La cohérence par rapport à l’objectif

-La progressivité

-La récupération

-L’alternance des charges

-La proportion d’endurance fondamentale (au moins 70% de votre volume global)

-Les intensités (répartis entre intensités inférieures au seuil et intensités supérieures au seuil anaérobie avec semble-t-il une plus grande attention à accorder à ces dernières)

Notre conseil est donc de vous référer à la fois à votre expérience (ce qui a marché pour vous, ce qui n’a pas marché) et à votre envie pour faire votre choix entre la tradition et son contraire… toujours en respectant les basiques, qui eux, sont immuables !

Conclusion

La périodisation inverse ne s’impose pas comme une nouvelle évidence mais peut être considérée comme une alternative crédible et intéressante au modèle classique. En finalité, quelque soit votre choix, c’est surtout le respect des fondamentaux qui déterminera votre performance. Et pour approfondir le sujet, n’oubliez pas qu’il est possible de mettre en pratique ces conseils avec nos coachs BRAQUET LIBRE !

![endif]--![endif]--

Posts à l'affiche
Posts Récents
  • White Facebook Icon
  • White Twitter Icon
  • White Instagram Icon
fond noir.jpg