Intégrer du ski de fond dans la préparation d’une saison cycliste


Les régions montagneuses qui offrent un terrain de jeu idéal à la pratique du cyclisme durant l’été, se révèlent souvent impraticables une fois l’hiver bien installé.

En revanche, elles proposent des activités de neige conciliables à la préparation d’une saison cycliste. L’une d’entre elle, le ski de fond, est une discipline fortement compatible et, de ce fait, très intéressante pour le cycliste. Avant de se lancer sur les pistes, il est néanmoins important de connaitre certains paramètres. Braquet Libre fait le point pour vous.

Crédit Photo : Cyriane Muller
Choisir sa technique : Classique vs Skating ?

Le « classique » est la technique ancestrale du ski de fond. Semblable à la marche, elle est très facile à appréhender pour une première expérience. Elle vous permettra d’avoir quelques sensations de vitesse en glissant dans les traces présentes en bords de piste, et tout cela en sécurité.

Le « skating » ou « pas du patineur » est une discipline plus récente du ski de fond qui rappelle celle du patin à glace, avec un travail de poussée des membres supérieurs, ce que lui donne un caractère plutôt physique. Le skating aura l’avantage de vous procurer une sensation de glisse et de vitesse supérieure au style classique.

Les deux techniques sont très distinctes et demandent chacune un matériel spécifique.


Mon conseil : Si vous êtes novice, n’hésitez pas à prendre un cours avec un moniteur. Cela vous permettra de partir sur de bonnes bases techniques et de progresser plus rapidement.


Cyclisme et du ski de fond : des ressemblances intéressantes

Le cyclisme et le ski de fond ont de nombreux points communs, notamment celui d’être deux des sports d’endurance qui nécessitent de nombreuses heures d’entraînement.

Ainsi, le ski de fond a le grand avantage de vous permettre d’augmenter vos capacités aérobies à des saisons et dans des zones géographiques où il est parfois difficile d’enchaîner 3 à 4h de selle.

Par ailleurs, il apporte une proprioception et un renforcement musculaire très complet qui peut être très intéressant pour les cyclistes en manque de grand air. Enchaîner les séances de renforcement musculaire dans son garage peut donc facilement être remplacé par une séance de ski de fond, et cela sera même bien plus efficace !

Pour les plus aguerris techniquement, il permet également de travailler les changements de rythme ou de maintenir « facilement » des intensités élevées (travail de seuil). Cela minimise l’effet « diesel » des préparations hivernales.

Néanmoins, si les deux sports se ressemblent, ils possèdent des spécificités qui leurs sont propres. Ainsi, les qualités de vélocité, de force, et d’explosivité par exemple, ne pourront être travaillées sur les skis et demanderont tout de même des séances spécifiques vélo.


Mon conseil : Effectuer un travail spécifique sur home-trainer durant la semaine et profiter des weekends pour travailler l’endurance sur les skis.

Ne pas hésiter à fonctionner en « biquotidien » : une sortie de ski de fond en endurance le matin enchaîné par une séance sur le vélo ou sur home-trainer dans l’après-midi avec un travail spécifique cycliste (des variations de cadences de pédalage par exemple).


Gare au surentraînement :

L’erreur à ne pas commettre pour les débutants est d’enchaîner des séances trop longues, trop fréquentes, avec une technique trop aléatoire. Rendre l’entraînement plus intense n’est pas l’objectif si l’on intègre des séances de ski de fond dans sa préparation hivernale.

Une heure de ski n’est pas équivalent à une heure de vélo. Le froid, l’altitude, le manque de technique sont des paramètres qui amènent vite au surentraînement.


Mon conseil : Eviter le coup de fatigue en vous basant sur 2h de ski de fond pour 4h de vélo. Une des meilleures façons pour arriver au printemps avec un physique solide et une motivation au zénith !


Par Alexis Brodbeck