Le home trainer, votre ami pour l’hiver !


Braquet Libre vous propose une série d’articles qui peuvent vous aider à diversifier vos activités cyclistes hivernales. Cette semaine, nous partons à la découverte du home trainer avec Rémy Deutsch. De quoi s’agît il ? Pourquoi l’utiliser pour progresser, en particulier l’hiver ? Et bien sûr comment l’utiliser à bon escient ?


Présentation rapide

Qu’est ce que le home trainer ? Pour ceux qui ne connaissent pas, le home trainer permet de réaliser, avec son vélo « habituel », des séances à l’intérieur.

Généralement la roue arrière est fixée et vient tourner sur un rouleau dont on peut moduler la résistance.

Certains modèles plus haut de gamme, dits « à cassette », vont jusqu’à remplacer intégralement la roue.

Enfin, pour les plus équilibristes (ou les puristes) il existe le « rouleau », proche cousin du home trainer, qui permet de rouler en toute liberté… mais en faisant du surplace !

Bref, le home trainer c’est ce qui permet de s’entraîner efficacement chez soi, au chaud (au « top chaud » même parfois).

Pourquoi en faire ?

Il existe en fait deux très bonnes raisons de faire du home trainer :


-La première, la plus évidente, c’est que cet outil permet de poursuivre un entraînement de qualité quelles que soient les contraintes extérieures (le froid, la pluie et la nuit).


-La deuxième, tout aussi bonne, est que le home trainer permet de réaliser des séances d’une qualité exceptionnelle et s’impose donc comme un complément efficace à la pratique en extérieur. Mais en quoi s’entraîner à l’intérieur est il intéressant lorsque l’on peut sortir ? Là aussi, deux raisons : A l’intérieur, pas de carrefours ni de descentes, ce qui permet de réaliser de longues séries d’intensités parfaitement calibrées. Et l’autre raison, c’est que l’absence de roue libre sur home trainer fait qu’il n’y a pas de temps mort pendant la séance, surtout musculairement.


Donc le home trainer, pour nous, c’est deux fois oui. En hiver bien sûr mais aussi pendant les beaux jours !

Quelques conseils

Enfin, voici quelques conseils de base à connaître avant de vous faire suer dans le garage ou au milieu du salon :


-Bien s’hydrater ! A l’intérieur, pas ou peu de déplacement d’air ; la surchauffe est vite arrivée, et surtout, on transpire beaucoup. Alors, pour compenser les pertes, pensez à boire, avec de préférence une boisson énergétique. Entre 1 et 2 bidons (500ml) par heure sur home trainer, mais aussi en récupération après la séance.


-Misez sur la qualité et non sur la quantité. 1h sur home trainer est en général plus efficace que de passer 1h sur la route. Habituellement, on dit qu’il faut doubler le temps passé sur route pour atteindre une charge équivalente à une séance sur home trainer. En réalité, le calcul n’est pas aussi simple, mais l’idée sous-jacente est correcte : on s’entraîne en général plus efficacement à l’intérieur. De plus, les contraintes musculaires et tendineuses ne sont pas les mêmes sur home trainer qu’en extérieur. Il est donc également préférable à ce niveau-là, de ne pas s’astreindre à une quantité trop importante de séances indoor.


-Enfin, pensez à ne pas utiliser le même pneu sur route et sur home trainer, surtout si vous en faîtes régulièrement. En effet, le pneu va s’user rapidement sur le rouleau et vous risquez donc la crevaison une fois de retour sur la route (et au final ça coûte cher en pneus).

Des séances à venir

Oui, mais alors, quoi faire sur son home trainer ? Patience, vendredi nous vous partagerons des entraînements types pour aller plus loin et pour compléter votre bibliothèque de séances pour cet hiver (qu’elle soit encore vide ou déjà fournie) !


Par Rémy Deutsch

  • White Facebook Icon
  • White Twitter Icon
  • White Instagram Icon
fond noir.png